Une étude révèle les bienfaits sur la santé d'efforts très intenses et très courts durant la journée.

"Nous restons trop souvent en position assise", "s'asseoir est la nouvelle façon de fumer"... Le genre de déclaration que nous entendons de plus en plus souvent. Non sans raison. En restant assis longtemps sans bouger, le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et de divers processus métaboliques indésirables augmente. En particulier, la présence d'acides gras dans le sang, appelés triglycérides, est associée à l'inactivité. Cette augmentation du taux de tryglicéride est liée aux maladies cardiovasculaires et aux problèmes métaboliques. En principe, l'exercice physique devrait réduire ces risques, mais des études antérieures ont conclu qu'une seule séance de sport pourrait ne pas suffire. Une étude récente, publiée dans la revue scientifique Medicine & Science in Sports & Exercise, a donc examiné si des efforts réguliers et courts tout au long de la journée pouvaient compenser les inconvénients d'une position assise prolongée.

Brûler plus de graisse
Un groupe de sujets a donc été testé dans un laboratoire sur différents scénarios, en surveillant à chaque fois leur métabolisme. Un jour, ils ont dû rester assis sans bouger (ils ne quittaient leur place que pour manger ou aller aux toilettes). Un autre jour, ils étaient également assis toute la journée, à l'exception de quelques secondes par heure pendant lesquelles ils se déplaçaient intensivement. Pour être plus précis : les sujets du test devaient sprinter 5 fois à plein régime sur une sorte de crosstrainer pendant 4 secondes avec 45 secondes de repos à chaque fois. A la fin de la journée (après 8 heures), ils avaient bougé intensivement pendant un total de 160 secondes. L'impact sur leur métabolisme a été mesuré quotidiennement dans les six heures qui ont suivi. Résultat ? Après la journée où le schéma d'assise a été interrompu pendant quelques secondes avec les sprints, le niveau de triglycérides dans le sang était plus bas et la combustion des graisses plus élevée que lorsque le schéma d'assise n'était pas interrompu.

Des efforts extrêmement courts

Les chercheurs suggèrent que si vous brisez votre routine d'assise par des efforts fréquents, intensifs et extrêmement courts, vous pouvez compenser les effets négatifs du comportement sédentaire. Étant donné qu'il s'agit d'une étude à petite échelle, il est encore trop tôt pour en généraliser les résultats. Néanmoins, la théorie sous-jacente est pleine d'espoir. Et ça ne peut certainement pas faire de mal de quitter un peu plus sa chaise et de piquer un sprint, même si ce n'est que pour quelques secondes. De onderzoekers suggereren dat je wanneer je jouw zitroutine doorbreekt met frequente, intensieve en extreem korte inspanningen je de negatieve effecten van sedentair gedrag kan compenseren. Gezien het hier om een kleinschalige studie gaat, is het nog te vroeg om de bevindingen te veralgemenen. Toch is de onderliggende