Le RSC Anderlecht va placer à partir de mardi une grande partie de ses salariés en chômage économique, tandis que les joueurs et la direction "consentiront un effort proportionnel et donc considérable pour réduire les coûts" à la suite de la pandémie de coronavirus, a indiqué le club bruxellois lundi.

"La crise du virus corona a un impact sans précédent sur nos vies. Le RSC Anderlecht n'échappe pas aux conséquences de la pandémie", indique le Sporting dans un communiqué. "Notre club se voit contraint, en raison de la grande incertitude entourant ses revenus, de limiter son fonctionnement normal aussi longtemps que les mesures gouvernementales empêcheront un fonctionnement normal, de limiter les dépenses autant que possible et d'exiger beaucoup de flexibilité et d'efforts de la part de tous ses employés. Le Royal Sporting Club Anderlecht a choisi de consentir ces efforts dans la solidarité. Concrètement, à partir de ce mardi 24 mars, une grande partie des salariés sera placée en chômage économique. Les coûts des prestataires de services et des fournisseurs seront réduits au strict minimum. Les joueurs et la direction consentiront un effort proportionnel et donc considérable pour réduire les coûts. Un accord sera conclu dans les prochains jours. Le RSC Anderlecht a déjà dû faire face à de nombreux défis tout au long de sa riche histoire. Nous surmonterons également cette crise tous ensemble".

Samedi, Anderlecht avait annoncé le licenciement de l'entraîneur adjoint Pär Zetterberg "pour des raisons financières" liées à la crise du coronavirus.

"Le football professionnel, comme la plupart des autres activités économiques, fait face à un défi majeur en raison de l'épidémie du virus Covid 19. Les décisions logiques du gouvernement et des plus hautes autorités du football ont un impact financier majeur sur le fonctionnement du club", indiquait le RSCA samedi. "C'est pourquoi la direction et les employés du RSC Anderlecht s'efforcent chaque jour d'armer le club, à court terme, contre les pertes de revenus importantes consécutives à l'arrêt du championnat. Cet exercice nécessaire, mais difficile, doit à nouveau faire du RSCA, à terme, un club performant. Des efforts sont demandés à tous les employés du club et aux membres du conseil d'administration. Ceci implique des décisions douloureuses. Le club a donc décidé de se séparer de Pär Zetterberg".

Ce week-end, on a appris que l'Excelsior Virton (D1B) avait demandé le chômage technique pour ses joueurs et son staff, tandis qu'en D1A, Zulte Waregem et le Standard ont demandé le chômage technique pour les entraîneurs.

Le football belge est à l'arrêt jusqu'au 1er mai au moins.