Sport.be

Général

Le COIB et les Communautés unis contre les abus sexuels

30.11.2011 | Bertrand Detal

Le Comité olympique et interfédéral belge (COIB) va travailler en collaboration avec les trois Communautés de Belgique à combattre et prévenir les abus sexuels dans le sport.

Lancée à l'occasion d'un colloque sur le sujet mercredi à Bruxelles, cette initiative a pour point de départ les conclusions déposées par la Commission spéciale de la Chambre sur les abus sexuels.
 
Non pas que le sport soit un milieu plus favorable que d'autres aux abus sexuels, "mais il ne faut pas fermer les yeux, ni minimiser le phénomène", estime Karine Lalieux, présidente de la Commission née à la suite du rapport Adriaenssens (traitement des plaintes pour abus sexuels). "Tous les domaines où il existe un rapport d'autorité sont touchés par la problématique des abus sexuels", a-t-elle poursuivi. 
   
Le COIB n'a pas fait la sourde oreille aux conclusions de la Commission et a décidé, en collaboration avec les trois Communautés de Belgique (flamande, francophone et germanophone) de mettre en place des outils pour prévenir les abus sexuels dans le sport. La Belgique est cependant face à un problème de taille, le manque de statistiques sur la problématique, par exemple en ce qui concerne l'enregistrement des victimes et des délinquants sexuels. 
   
Ce qui n'a toutefois pas empêché les différents intervenants présents (Karine Lalieux pour la Commission de la Chambre, les professeurs Yves Vanden Auweele et Guy Lories, ainsi que Kurt Rathmes et An Vermeersch pour les cabinets des sports des communautés germanophone et flamande) de tirer quelques conclusions: il faut former les personnes qui encadrent les jeunes dans le milieu sportif (détection d'un cas d'abus, communication, suivi...), améliorer leur qualité ou encore travailler à une charte qui délimiterait leurs rôles et actions envers les jeunes. 
   
Le monde sportif est complexe en matière de prévention parce qu'il est composé essentiellement de bénévoles: leur imposer de présenter un certificat de bonne vie et moeurs de modèle 2 (délivré après enquête approfondie sur le passé de la personne dans son contact avec les enfants) est très difficile. 

Dans cette optique, le ministre des Sports de la Communauté française André Antoine a par ailleurs annoncé qu'il allait lancer une étude sur le harcèlement en milieu sportif, avec comme objectif à terme de professionnaliser le monde du sport pour combattre le phénomène.

Ne manquez pas

Plus