Le rythme régulier d'un moulin à café bien rodé, qui n'en rêve pas ? Malheureusement, beaucoup de gens doivent se contenter d'une technique de pédalage qui n'est pas aussi efficace. Comment améliorer votre coup de pédale et est-ce effectivement souhaitable ?

Les pédales automatiques (clics) sont une formidable invention. Même si elles peuvent provoquer de temps à autre une chute en raison d'une maladresse, elles offrent de nombreuses possibilités. Le but d'un mouvement de pédale est d'exercer une force tangentielle aussi forte que possible sur la pédale. Cela signifie que vous vous efforcez de transférer toute la force dans la direction du cercle avant décrit par votre pied. Malheureusement, il est impossible de faire une révolution qui soit efficace à 100 %. Même les meilleurs pros restent bloqués à 75%, alors ne vous attendez pas à des miracles.

1 RÉVOLUTION, 4 PHASES

Bien qu'une révolution puisse sembler simple, nous pouvons la diviser en quatre phases. La phase de poussée est la principale source de transmission de l'énergie. C'est ici qu'entrent en action les groupes de muscles les plus puissants tels que les quadriceps, les muscles fessiers et les ischio-jambiers.

Elle est suivie par la phase de transition inférieure, où il faut surmonter le point mort. La troisième phase est la phase de tirage. Elle sert principalement à éliminer le contrepoids de la jambe qui appuie sur la pédale, car une force tangentielle positive s'avère ici impossible. Contrairement à ce que certains prétendent, "tirer" sur la pédale n'existe pas vraiment. Les groupes de muscles utilisés pour cela ne sont tout simplement pas assez puissants et pourraient même avoir un effet négatif si vous vous appuyez trop sur eux. Enfin, il y a la phase de transition supérieure, qui garantit que vous surmontez le point mort supérieur. Bien que cela soit fait de manière  plus efficace pendant la phase de transition inférieure.

Dans un monde idéal, la force de la jambe est conduite principalement dans la cheville pour exercer une force tangentielle. Dans la phase de poussée, la cheville doit commencer à exercer une pression maximale vers le bas. Au début de la phase de transition inférieure, vous devez l'étirer (appuyer sur les pointes) et tirer la pédale vers l'arrière. Il faut ensuite à nouveau remonter les pointes dans la phase de traction. Dans la période précédant la phase supérieure, il faut appuyer à nouveau sur la pédale pour revenir à la phase de poussée. Tout cela peut sembler parfaitement logique, mais la bonne exécution de cette technique exige une concentration maximale.