Marco Pantani aurait eu 51 ans ce mercredi. 'Il Pirata', l'un des meilleurs grimpeurs de l'histoire, nous a malheureusement quittés il y a presque 17 ans déjà. A l'occasion de son anniversaire, nous avons ressorti les cinq plus beaux moments de la carrière de l'Italien.

1. Mortirolo, Giro 1994
Pantani Là où tout a commencé. La naissance d'un grimpeur incroyable, dans son tour national. Pantani attaque au pied de l'ascension, reprend tous les coureurs échappés et termine seul au sommet. Il avait notamment lâché les favoris du général Gotti, Indurain et Berzin. Un monument a depuis lors été érigé pour Pantani dans le Mortirolo.

2. Alpe d'Huez, Tour 1995
Pantani Pantani a réalisé l'ascension record de l'un des cols de légende du cyclisme. Certes, c'était en d'autres temps, mais son temps de 36'50" demeure impressionnant. Ce qui signifie qu'il a grimpé à une moyenne de 22,5 km/heure, en produisant 450 watts de moyenne. A titre de comparaison, lors de son succès à l'Alpe d'Huez dans le Tour de France 2018, Geraint Thomas avait grimpé en 41'16".

3. Les Deux Alpes, Tour 1998
Pantani Le petit bijou de la carrière de Pantani: la victoire au Tour dans une année 1998 marquée par l'EPO. Pantani avait jeté les bases de sa victoire finale lors de l'étape alpestre menant aux Deux Alpes. Dans le Col du Galibier, il avait tout simplement laissé tout le monde sur place, y compris le porteur du maillot jaune Jan Ullrich.

4. Alpe di Pampeago, Giro 1999
Pantani Pantani semblait tout bonnement imbattable lors du Giro 1999. Dans l'étape disputée dans les Dolomites avec une arrivée jugée à l'Alpe di Pampeago, il a d'abord distancé Simoni et Gotti avant de lâcher Heras dans le final. Alors porteur du maillot rose, Pantani en terminant sur la ligne avec plus d'une minute d'avance. Le Giro ne pouvait plus lui échapper. Jusqu'à deux jours avant l'arrivée, à Madonna di Campiglio: Pantani fut exclu de la course pour un taux d'hématocrite trop élevé.

5. Mont Ventoux, Tour 2000
Pantani L'un des derniers tours de force de Pantani. En 2000, il fait mal à Lance Armstrong, même si ce dernier ne l'admettra jamais. Au sommet du Mont Ventoux, Pantani l'a emporté, parce qu'Armstrong l'a bien voulu, affirma ensuite l'Américain. La relation entre les deux hommes ne fut plus jamais la même par la suite. Dans l'étape vers Courchevel, Pantani brilla une fois encore, avant de quitter définitivement le Tour.