Les gagnants et les perdants de la Brussels CrossCup ont évidemment eu leur mot à dire après l'arrivée. Voici leurs réactions.

"C'était tout de même étrange de se retrouver au départ d'un cross-country après exactement un an. Le plan était de suivre et de voir ce qui était possible. Au deuxième tour, je pensais que tout le monde était encore derrière moi, mais ils ont tous été lâchés. Je n'ose pas regarder derrière, car je tomberais probablement. Je suis  plutôt maladroite. J'espère garder cet été forme ce printemps en disputant un bon marathon, mais il ne sera pas facile de trouver une course", a déclaré Mieke Gorissen après le long cross féminin.

 
"Je ne pouvais pas faire mieux aujourd'hui. Mieke était exceptionnelle parce que son rythme était soutenu et qu'elle n'arrêtait pas de sautiller dans les montées. Je ne savais pas quoi faire quand le trou s'est creusé après moi, parce que je ne l'ai pas vu venir. Son rythme m'a un peu affecté dans la deuxième moitié de la course. Je suis très heureuse d'avoir pu conserver cette deuxième place, même si j'ai failli tomber sur la ligne d'arrivée", a déclaré Eline Dalemans, la seule à avoir tenté de suivre Gorissen.

 

"Avant la course, je n'avais aucune idée de mon état de forme , car je me concentre principalement sur la saison en salle, qui est tout de même différente du cross-country. C'est pourquoi j'ai pensé que je serais désavantagé par rapport aux gars qui font les courses les plus longues. Si cela avait été vraiment difficile dès le début, je n'aurais eu aucune chance. Heureusement, la première moitié de la course a été une course fermée,  tactique . Cela a joué à mon avantage. Le podium était mon objectif, mais gagner ne semblait pas réaliste. D'abord mon billet pour les championnats d'Europe et maintenant ceci, ça doit être la semaine de ma vie. Je n'aurais pas oser en rêver. Même échappé en compagnie de Dieter Kersten, je pensais que je n'y arriverais pas, en fait", a déclaré le vainqueur surprise du cross long, John Heymans.


 "Je ne devrais pas être satisfait aujourd'hui, car seule la victoire compte. La deuxième place était toutefois la meilleure que je puisse obtenir. Je ne pouvais pas me débarrasser de John et dans ce cas vous savez qu'étant donné sa vitesse, ce serait difficile dans le dernier tour. Je n'avais pas de super jambes, mais John était particulièrement costaud dans le dernier kilomètre, chapeau à lui. La course est restée fermée longtemps, c'est pourquoi j'ai décidé de prendre moi-même les choses en main à mi-parcours. Mais les poursuivants ont continué à se regarder. Je savais que John était une valeur sûre et il s'est montré à la hauteur", a déclaré Dieter Kersten, deuxième du cross long chez les hommes.

"Nous nous sommes tous regardés au début de la course. Comme il n'y avait pas encore eu de coureses  cette saison, personne ne savait quelle était la forme de chacun. Raison pour laquelle la course était plutôt attentiste. Juste avant la mi-course je me sentais plaine de fraîcheur et j'ai pensé : ça y est ? Je ne pouvais pas attendre plus longtemps et j'ai décidé d'accélérer. Cela s'est mieux passé que prévu, surtout parce que je m'attendais à une réponse de la concurrence. Je ne m'attendais pas vraiment à gagner, même si j'avais l'impression à l'entraînement de courir beaucoup mieux que l'année dernière, où j'avais terminé deuxième", a déclaré Lotte Scheldeman, lauréate du cross court féminin.

"Le plan préalable était en fait de suivre le plus longtemps possible. J'avais certainement de l'ambition, car j'avais l'espoir de mener la vie dure à quelques sérieux concurrents. Dans ma tête je misais le top 5, car viser plus haut pour ma première course avec les 'grands' était sans doute présomptueux.  Lorsque j'ai accéléré dans le dernier tour, j'ai senti que ce pourrait être le bon moment pour me surpasser. Je savais que ma condition était bonne, mais pas d'en avoir encore à ce point sous la pédale" s'est étonné Ruben Querinjean le vainqueur surprise du cross court chez les hommes.