Vous visitez actuellement l’éditon 2007 du Tour de Belgique.

>> Cliquez ici pour accéder à l’édition actuelle.

>> Fermez cette fenêtre afin de rester sur ce site.
Gardeyn en finisseur
Gorik Gardeyn a surpris les sprinters dans le dernier kilomètre de la seconde étape du Tour de Belgique. Le coureur de la formation Unibet.com a conservé une courte avance sur le peloton. Greg Van Avermaet dépossède Wouter Weylandt de son maillot de leader.
Gorik Gardeyn. (photo photonews)
La route s'élevait pour la première fois lors à la faveur des diverses ascencions Skil Shimano au menu de cette second étape entre Ostende et Buggenhout. Un quintet de cinq hommes composé de quatre compatriotes (Keisse, Sijmens, De Neef, et Van Mingeroet) et un Néerlandais, Pronk, franchissait en tête le Berendries. Le groupe comptait plus de 5 minutes d'avance sur le peloton du maillot noir Weylandt à 85 kilomètres de l'arrivée.

Ce dernier éprouvait pas mal de difficultés à gravir la seconde difficulté, le Mur de Grammont, à l'image de son équipier de la Quick Step Rosseler.

Signe pour un second groupe de passer à l'attaque. Partis en chasse: Van Avermaet (second du classement), Tjallingii (vainqueur en 2006), Nuyens (en meilleure forme que la veille), Vanendert, Maes, et Gusev, un client dangereux en vue de la victoire finale. Tankink était le seul coureur de la Quick Step à soutenir le tempo.  

Le groupe Van Avermaet-Tjallingii-Gusev opérait la jonction avec le quintet de tête dans la finale. Sentant le danger, la Quick Step entamait la poursuite dans le peloton. Si bien que le regroupement général était opéré à 9 kilomètres de la ligne.

En dépit de nouvelles tentatives le sprint massif semblait inévitable. C'était sans compter sur la fougue de Gardeyn. Le coureur de la formation Unibet.com s'échappait dans le dernier virage pour faire la nique aux sprinters. Il devançait le peloton lancé à ses trousses réglé par Davis devant Farrar.

En raison des secondes de bonification glanées au long de la journée, Van Avermaet dépossède Weylandt de son maillot noir de leader.  

Vos réactions