L'Assemblée Générale de la Pro League a tenu ce jeudi 12 septembre sa première réunion de la saison 2019-2020.

La Pro League a décidé de transférer son siège à Tubize, dans le bâtiment actuellement occupé par une partie des services de la Fédération. Ce transfert aura lieu en 2021 au même moment qu'interviendra le transfert du siège de l'URBSFA.

Moyennant l'adaptation des projets de texte de la Commission de Liaison pour l'Arbitrage du Football Professionnel, la Pro League retire les 3 réserves exprimées sur le plan arbitrage lors de l'Assemblée Générale du 22 mai.

La Pro League a approuvé un projet de modification du Règlement fédéral portant sur les sanctions en matière de match-fixing de telle sorte que la dégradation d'un club coupable de match-fixing soit à l'avenir prononcée.

Des modifications seront apportées aux règles applicables au match delegate de telle sorte que leurs rapports donnent lieu à des poursuites disciplinaires lors de l'utilisation d'engins pyrotechniques. Ce sera le cas lorsque les engins seront jetés sur le terrain ou en zone neutre, lorsqu'ils seront utilisés par des personnes portant des masques ou se cachant derrière des drapeaux ou lorsque des blessures seront encourues.

Le management a reçu à l'unanimité de l'Assemblée Générale le mandat de poursuivre la gestion des droits TV par la publication d'un tender de telle sorte que des offres puissent être soumises à l'approbation des clubs dans le courant de janvier 2020.

L'Assemblée Générale a enfin fait part de ses préoccupations par rapport à la protection de son système économique en partie fondé sur le mécanisme des transferts et a encouragé l'ensemble des clubs à respecter les contrats en cours avec les joueurs sauf négociation transparente avec le club d'origine.

La Pro League a pris acte des propos irréalistes de la BFFA et confirme qu'elle reste favorable à la mise en place au plus tôt du règlement approuvé au sein de son Assemblée Générale après validation par l'Autorité de la Concurrence. Les événements récents démontrent, si cela était encore nécessaire, le besoin d'intervenir à ce niveau pour plus de transparence.