Michael Verschueren, patron sportif du Sporting d'Anderlecht, a tenu a clarifié les rôles de Vincent Kompany et Simon Davies. "Les choses sont très claires et les rôles bien définis".

"Il ne s'agit pas de parler d'entraîneur-joueur. Nous avons un coach au bord du terrain et qui donnera les entraînements, Simon Davies, et nous avons un manager, Vincent Kompany, c'est très différent de ce que l'on a pu connaître il y a des années".

Michael Verschueren, le patron sportif du Sporting d'Anderlecht, s'est voulu très clair au moment de présenter le Gallois Simon Davies, son nouvel entraîneur lundi.

"Les choses sont très claires et les rôles bien définis", a confirmé le nouveau coach des Mauves, passé longtemps par Manchester City où il a été chargé d'implémenter le système Guardiola dans toutes les équipes de jeunes et été l'entraîneur de la deuxième équipe (U23) la saison dernière. C'est là qu'est né une relation de confiance avec Vincent Kompany.

"Tout est basé sur la confiance et sans cette relation cela ne pourrait pas marcher", a ajouté le Gallois de 45 ans qui devra appliquer le jeu défini par la maison Mauve et Vincent Kompany. "Un jeu basé sur la possession de balle, qui part de l'arrière avec un pressing agressif pour développer un jeu attractif", a détaillé Simon Davies.

"Ce n'est pas seulement le style de City, c'est aussi celui de nombreux clubs en Europe et cela marche. Il est important de gagner, mais il sera important de le faire avec la manière aussi".

Vincent Kompany "sera chargé d'établir la stratégie, la manière de jouer et la façon d'utiliser les joueurs. Il aura le dernier mot, mais s'il ne devait pas jouer, il sera en tribune pas sur le banc", a précisé encore Michael Verschueren.

Simon Davies pourrait aussi être amené à mettre Vincent Kompany sur le banc comme joueur. "Ce n'est pas le but quand on a quelqu'un comme lui dans l'équipe. Mais là encore, je sais qu'il n'y aurait aucun problème. Vinnie est quelqu'un de très humble, et fondamentalement honnête, parfois trop."

Pour ce qui est du noyau, il est encore large, et Simon Davies a eu l'occasion de le voir à l'oeuvre pour la première fois lundi matin. "Nous avons de très bons joueurs et d'autres encore vont venir. Beaucoup sont dans le viseur, nous allons voir comment évoluent les choses. Mais ceux qui sont là sont d'un très bon niveau et puis vous savez, l'on apprend parfois bien plus de situations difficiles. Pouvoir communiquer et échanger avec les gens qui étaient là la saison dernière, c'est très instructif".

Anderlecht veut redonner à ses supporters le goût de la victoire et la fierté de leurs couleurs. Cela se retrouve sur le nouveau maillot présenté aussi lundi au stade Constant Vanden Stock. "Il faut montrer à tout le monde qu'Anderlecht peut à nouveau dominer", a ponctué le nouvel entraîneur gallois.

WE ARE ANDERLECHT

"Cela fait partie de ma stratégie", a insisté Michael Verschueren. "Ramener des anciennes gloires du club pour rendre au club son 'ID", c'est très important. Le retour de Pär (Zetterberg) l'an dernier, celui de Vincent Kompany cette saison vont dans ce sens. Pär a déjà énormément communiqué ces derniers mois, avec tout le monde, et chacun est en train de trouver sa place. C'est important à mon sens de ramener des anciens joueurs, parce qu'ils comprennent la maison, et savent que nous voulons rendre à Anderlecht une identité créative et offensive".

Dans cette opération de retour aux sources qui ont donné à Anderlecht ses lettres de noblesse, celles aussi pour lesquelles Simon Davies a dit "oui", a expliqué le Gallois lundi, la direction bruxelloise a présenté son nouveau maillot.

L'un Mauve, l'autre blanc, dans un style très classique avec les couleurs du club et le logo sur le côté gauche à la place du coeur. A l'arrière sur l'encolure, la date de création du club "1908" et inséré sur la couture du maillot dans le bas, un slogan choisi parmi les propositions envoyées par les supporters, "We are Anderlecht".