"C'est une étape importante de ma jeune carrière d'entraîneur", a déclaré Felice Mazzu lors de sa présentation à Luminus Arena en tant que T1 du Racing Genk. Mazzu, 53 ans, a quitté le Sporting de Charleroi, qu'il entraînait depuis 2013, pour rejoindre les champions de Belgique.

"Je suis évidemment très heureux de rejoindre le club champion de Belgique. Je voudrais remercier Genk pour la confiance qu'il m'accorde. Je tiens aussi à remercier Charleroi, qui a contribué à mon développement. Rejoindre Genk est un énorme défi, un vrai challenge. Mais j'aime les difficultés et j'ai envie de progresser. Cela ne me fait pas peur", a déclaré Felice Mazzu.

"La direction de Genk m'a montré beaucoup de confiance et qu'elle voulait vraiment travailler avec moi. J'en suis très fier et reconnaissant. J'ai été cité dans beaucoup de clubs mais c'est finalement Genk qui m'a attiré."

Successeur de Philippe Clement, devenu entraîneur du Club de Bruges, Mazzu a signé un contrat à durée indéterminée en faveur du club limbourgeois. Son premier défi sera certainement de bâtir une équipe qui pourrait perdre ses cadres comme Malinovskyi, Trossard, Berge et Samatta, qui risquent tous de partir lors du mercato estival. "Si cela devait arriver, j'y ai été habitué à Charleroi, je n'ai donc pas de craintes. Dans le cas contraire, je serai ravi de travailler avec cette équipe."

La saison prochaine, Mazzu dirigera le KRC Genk en Ligue des champions et retrouvera donc la scène européenne après un échec au 2e tour préliminaire de l'Europa League en 2015-2016 lorsque Charleroi s'était incliné devant les Ukrainiens du Zorya Louhansk. "Il y a beaucoup de défi et de travail, comme dans toutes les équipes. Peu d'entraîneurs en Belgique peuvent jouer la Ligue des champions et je suis heureux de pouvoir en faire bientôt l'expérience. Outre la qualité des adversaires et la médiatisation des rencontres, cela reste un match de football à préparer. Et à ce niveau-là, je suis à l'aise", a ajouté Mazzu, précisant vouloir "prolonger le merveilleux travail de M. Clement" et "montrer un football positif".

Un zone d'ombre persiste toujours sur l'identité des adjoints de Mazzu à Genk. "Il faut respecter la structure du club car Genk se porte très bien. Mais c'est vrai qu'avoir un ami à mes côtés serait agréable", a ajouté Mazzu, qui a l'intention de rapidement apprendre le néerlandais et souhaite aussi intégrer autant de jeunes que possible dans le noyau principal.