Après une nuit de fête agitée, Leandro Trossard s'est adressé à la presse dans la Luminus Arena. Le capitaine du tout récent champion national qu'est le Racing Genk a profité pleinement de son premier titre en Belgique. "Ce fut un moment fantastique lorsque nous avons entendu le dernier coup de sifflet à Anderlecht", a déclaré un Trossard enroué et visiblement fatigué.

Sur le coup de 16h00, le capitaine du Racing Genk est entré dans la salle de presse de la Luminus Arena. Une coupe de champagne lui a été offerte, mais Trossard a refusé. "Je n'aime pas le champagne", a souri le capitaine du Racing avec une voix rauque.

"Quelle heure était-il ce matin? Aucune idée, mais il était très tard", a admis le Diable Rouge. "Tout le monde est devenu complètement fou. En tant que Genkie, j'ai pris un peu la tête des festivités. Que voulez-vous après une saison aussi fantastique ? Pour être honnête, je ne m'attendais pas à ce que nous remportions le titre sur le terrain d'Anderlecht. Mais quand vous entendez les applaudissements dans les tribunes dans les dernières minutes de ce match, vous ressentez une grande émotion dans tout votre corps. C'était un moment inoubliable."

Trossard a mené la danse jeudi soir lors de la fête sur la Stadsplein de Genk. "C'était un sentiment incroyable de se tenir devant les supporters. En tant qu'enfant de la région, j'en connais beaucoup. Tout le monde, les joueurs et les supporters, en ont profité. C'est chouette d'être le capitaine de cette équipe championne", a déclaré l'ailier gauche de 24 ans, qui a ensuite passé une bonne partie de la nuit dans la discothèque Versuz de Hasselt. "C'est difficile de réaliser ce que tu ressens. Vous êtes immergé dans l'atmosphère et vous laissez aller les choses. Combien de messages ai-je reçus? Plus qu'assez en tout cas, je ne les ai pas encore tous ouverts."

L'incertitude plane toujours sur sa présence dans le championnat belge pour la saison prochaine. "Il faudra attendre de voir ce qui se passera dans les semaines à venir. Je ne sais pas moi-même si dimanche (contre le Standard) sera mon dernier match à domicile. Mais c'est bien dans un coin de ma tête", a admis Trossard.