La Pro League et la Commission des jeux de hasard unissent aujourd'hui leurs forces afin de signer un protocole sur les paris sportifs. Cette initiative commune du football professionnel, du régulateur des jeux de hasard et du Ministre de la Justice vise à protéger la croissance du secteur des paris sportifs des excès.

Les initiateurs travailleront ensemble afin de sensibiliser le monde du football à la législation et aux règlements actuellement en vigueur, à la prévention en matière de match-fixing, à la protection des joueurs et afin d'établir un cadre commercial strict.

Avec le soutien du Ministre de la Justice Koen Geens, la Pro League et la Commission des jeux de hasard ont élaboré ces derniers mois un protocole qui régule les collaborations entre les clubs de football professionnels et les opérateurs de jeux de hasard. Ce protocole contient des dispositions claires concernant la protection des joueurs, la sensibilisation et la prévention concernant les dangers du match-fixing et un cadre commercial avec une attention toute particulière sur le jeu responsable.

La Pro League et les clubs s'engagent ainsi à faire connaître clairement aux personnes impliquées dans les clubs professionnels (dirigeants, staff sportif, footballeurs professionnels, arbitres) la législation et la réglementation concernant l'interdiction de participer à des paris sur les rencontres de leurs clubs et sur les compétitions dans lesquelles ces clubs évoluent. De plus, un échange de données sera mis en place entre la Pro League et la Commission des jeux de hasard afin de garantir que des paris sportifs impliquant ce groupe cible ne puissent plus avoir lieu.

Dans tous les cas, aucun pari ne sera proposé sur des actions qui se déroulent pendant ou dans le cadre de compétitions auxquelles seuls des joueurs mineurs participent.

Les clubs de la Pro League soumettront toute collaboration future avec un opérateur de jeux de hasard à la Commission des jeux de hasard, laquelle vérifie si l'opérateur dispose des licences d'exploitation requises et si l'accord est conforme aux dispositions (entre autres les connaissances nécessaires en matière de dépendance au jeu) reprises dans le protocole.

Les opérateurs de jeux de hasard qui sont repris sur la liste noire de la Commission des jeux de hasard ne peuvent pas conclure des collaborations avec les clubs de la Pro League. De plus, la Commission des jeux de hasard est mandatée afin d'effectuer des audits à tout moment chez les clubs qui ont conclu un partenariat avec un opérateur de jeux de hasard.

À l'avenir, la communication et le marketing dans le cadre des jeux de hasard prêteront également une plus grande attention sur les risques éventuels de la participation aux jeux de hasard et se concentreront sur la protection des joueurs et le jeu responsable. La Pro League et les clubs s'engagent à participer dans des campagnes de prévention et de sensibilisation destinées au grand public.

Etienne Marique, président de la Commission des jeux de hasard, est satisfait du protocole et des engagements exprimés :

« Cette déclaration d'engagement exprime l'intention d'?uvrer pour un sport honnête et des paris sûrs. Notre objectif est de diminuer la dépendance au jeu et d'obtenir plus d'intégrité.

Cet engagement est dynamique et peut donner lieu à d'autres initiatives. Celles-ci pourront compléter à leur tour la réglementation adoptée par le parlement et le gouvernement.

Que le monde du football semble prendre conscience du rôle d'exemple rempli par les footballeurs est un pas en avant. À l'avenir, ils pourront ainsi participer à des campagnes de prévention ».

Integrity sessions pour les joueurs de la Pro League

En plus des mesures susmentionnées, la Pro League s'engage à organiser des integrity sessions tant pour les équipes de jeunes que pour les membres du noyau A de chaque équipe de la Pro League. Au cours de ces séances, les joueurs seront informés de la réglementation en vigueur concernant les paris sportifs, des risques de match-fixing et des risques de dépendance au jeu. À la demande de la Commission des jeux de hasard, ce problème de dépendance au jeu sera expliqué en impliquant notamment les experts dans le domaine.

Concernant ces sessions, la Pro League collabore avec l'URBSFA et son betting partner, Unibet. À travers le témoignage de Scott Davies, footballeur britannique et ancien joueur accro au jeu, les parties impliquées veulent attirer l'attention des joueurs sur les dangers des paris non contrôlés et du match-fixing.

« Le sport est une forme de divertissement très importante, non seulement au niveau international, mais aussi en Belgique. L'un des piliers du sport est l'imprévisibilité du résultat d'un match. Éliminer cette imprévisibilité en "truquant" les matchs met toute l'expérience en danger. Le match-fixing constitue une menace concrète pour notre industrie, non seulement à court terme en raison du risque financier direct, mais également à long terme. Si le public ne croyait plus à l'honnêteté d'un match, cela aurait indéniablement des conséquences désastreuses pour notre produit. C'est précisément pour cette raison que nous contribuons activement à la lutte contre le match-fixing et en faveur de la préservation d'un sport intègre, tant au niveau international qu'en Belgique. En collaboration avec la Pro League et l'URBSFA, Unibet organise des sessions d'information dans les 24 clubs de la Pro League afin d'informer les joueurs, les staffs technique et sportif à propos du match-fixing sous toutes ses facettes », déclare Dennis Mariën, Directeur Général d'Unibet Belgique.

Les integrity sessions sont financées par le budget social de la Pro League, lequel est en partie couvert par les indemnités imposées aux clubs en cas de suspensions de matchs. « L'importance d'un sport pur et crédible ne peut être surestimée. Notre sport est représenté par nos clubs et nos joueurs. Il est donc primordial que toutes les personnes impliquées sur le terrain connaissent la réglementation et les dangers potentiels de manipulation. C'est donc avec le plus grand engagement que la Pro League prend en charge ces sessions pour ses 24 clubs, ainsi que les formations qui seront organisées à l'avenir pour les jeunes joueurs », affirme Pierre François, CEO de la Pro League.