L'Expert Panel, qui a reçu le mandat de mettre à exécution ses recommandations approuvées à l'unanimité lors de l'Assemblée Générale du 17 décembre, a envoyé ce 3 avril aux 24 clubs professionnels son projet de règlement visant à renforcer la transparence des transactions dans le football. Les clubs auront ainsi le temps d'examiner les textes et de formuler d'éventuelles remarques avant que le projet ne soit soumis au vote lors de l'Assemblée générale du 6 mai.

Entre-temps, les textes ont également été présentés aux instances internationales. Pierre François les a présentés le 5 avril à l'Assemblée générale des European Leagues. Ce mardi 9 avril, le président Melchior Wathelet a eu un entretien à la FIFA et il a pu obtenir la confirmation que le projet de l'Expert Panel est compatible avec ceux de la FIFA.
 
"Par ces différents entretiens, l'Expert Panel veut susciter un soutien international pour ses propositions",  affirme Melchior Wathelet, Président de l'Expert Panel.  "Le projet élaboré par l'Expert Panel repose, tout comme ses recommandations, sur un certain nombre de piliers dont l'objectif commun est d'accroître la transparence dans le football. Il est clairement expliqué pour quelles transactions les agents peuvent être engagés et rémunérés tantôt par les clubs et tantôt par les joueurs. En outre, il est nécessaire de mettre en place une Clearing House qui sera dirigée par une autorité indépendante et composée de réviseurs d?entreprises et de juristes eux-aussi indépendants."

Le projet de texte vise à supprimer les conflits d'intérêts. Par exemple, un agent ne pourra plus être payé trois fois pour la même transaction par les deux clubs concernés et par le joueur. Un joueur connaîtra exactement combien un agent gagne pour ses services.

Les textes proposés rejettent l'idée d'un statu quo. "Il faut donc s'attendre à ce qu'ils se heurtent à l'opposition de certains groupes. Toutefois, affirmer que nos propositions encouragent l'évasion fiscale est à l'évidence une contre-vérité. Nos propositions de textes visent manifestement le contraire. La Clearing House, par exemple, va ainsi assurer la transparence des transactions", déclare encore Melchior Wathelet, lequel attend avec impatience les remarques des clubs et le vote du 6 mai. "Finalement, c'est aux clubs, qui ont voté ces recommandations en décembre 2018, de décider de la direction définitive qu'ils voudront prendre."