Battu 1-2 par l'Excel Mouscron dimanche lors de la 30e et dernière journée de la saison régulière, le Club Bruges va changer de pelouse pour le playoff 1. Le coordinateur sportif Roel Vaeyens l'a confirmé lundi à Bruxelles, lors de la présentation du calendrier dans le grand auditorium de l'Union Royale belge de football (URBSFA).

"Il était temps", a-t-il d'ailleurs admis. "L'ancien gazon va être arraché dès que les conditions atmosphériques le permettront, pour être aussitôt remplacé par une nouvelle pelouse naturelle. Elle a été choisie pour tenir au moins le coup durant toute la durée des playoffs. En comptant ceux de notre voisin du Cercle dans le playoff 2, dix matches vont en effet être disputés en cinquante jours au Jan Breydel. Aucun autre terrain du pays n'a jamais été soumis à un tel régime. On ne sait pas encore si le Cercle participera aux frais. Des négociations sont en cours à ce sujet. Mais on ne pouvait plus se permettre d'attendre, et on a pris nos responsabilités. Notre terrain n'était tout simplement plus digne d'un championnat professionnel..."

C'est donc La Gantoise qui aura l'honneur de fouler le nouveau gazon brugeois le 31 mars lors de la "Bataille des Flandres", quatre jours avant le déplacement des blauw en zwart à Anderlecht. Bruges favori ? "Je ne dirais pas cela", répond Roel Vaeyens. "Mais un des favoris, certainement. On veut viser le plus haut possible, comme c'est le cas de tous les grands clubs..." Le couac contre Mouscron a forcément été ressenti comme une déception.

"Surtout à cause de notre manque d'efficacité", souligne Vaeyens. "Et aussi parce que cela a un peu gâché tout le travail accompli pour se rapprocher de Genk qui heureusement, n'a pas gagné non plus, mais a quand même pris un point. Notre retard de quatre unités reste maintenant malgré tout assez lourd. Ceci dit sans perdre de vue que les autres rivaux sont eux aussi toujours en course. Ils veulent tous au minimum atteindre l'Europe..."