Fred Rutten, le nouveau coach du RSC Anderlecht, a découvert lundi les installations du club, et a donné une première brève conférence de presse au centre d'entraînement de Neerpede, peu avant le grand départ en Espagne pour le stage hivernal.

Etre engagé dans un grand club comme Anderlecht, au sommet du football belge, très connu dans mon pays, et réputé dans toute l'Europe, constitue pour moi un immense honneur", a-t-il déclaré en préambule.

"Même s'il ne s'agissait pas d'un choix pour la facilité? Je sais en effet qu'il y a beaucoup à faire, mais à la sortie du stage, il s'agira de commencer tout de suite à réduire l'écart qui nous sépare de la tête du classement, et de nous en rapprocher ensuite le plus possible au fil des semaines. Ce sera dur, mais on va y arriver. Je suis confiant. Il y a un potentiel joueurs intéressant, ainsi qu'un staff bien structuré et compétent, auquel va se joindre mon assistant habituel Arno van Zwam. Et on va bien sûr tenter de renforcer judicieusement le noyau, en fonction des occasions à saisir sur le mercato d'hiver..."

Le directeur sportif Michael Verschueren, qui table sur une longue collaboration avec Fred Rutten, lequel a d'ailleurs signé un contrat à durée indéterminée, s'est un peu offusqué d'entendre dire qu'il a a été contraint de se rabattre sur le quatrième ou cinquième choix.

"Nonante CV sont arrivés sur mon bureau", a-t-il expliqué. "Après le tri il en restait une demi-douzaine, avec lesquels j'ai pris contact. Il est normal de ne pas miser sur un seul cheval dans ce genre de circonstances. Il faudra certes en avoir la confirmation sur le terrain, mais en attendant, on est absolument ravi du résultat final, et de l'arrivée de Fred Rutten".

Ce dernier a conclu sur une note d'humour à ce sujet: "un ami m'a dit que le premier choix n'est jamais pris, et qu'il n'est donc pas bon du tout de l'être. Il avait raison. La preuve, devant vous dans cette salle..."