Sport.be

Cyclisme

Evenepoel: 'Ma première dans de si mauvaises conditions' (VIDEO)

20.04.2019 | Bruno Verscheure

Belga

"Cela me remonte le moral", a expliqué Remco Evenepoel (Deceuninck - Quick Step) samedi après sa quatrième place dans l'étape-reine du Tour de Turquie.

"Malgré le fait que les meilleurs grimpeurs du monde n'étaient pas au départ ici, il y a quand même des coureurs forts dans la course. Obtenir un bon résultat dans cette ascension et être près du podium du classement lors de ma deuxième course WorldTour, me satisfait vraiment."

"C'était une journée très difficile et la montée était très raide, avec des pourcentages de plus de 10 %. Le froid, le vent de face et la neige ont rendu les choses encore plus difficiles. Pour moi, c'était la première fois que je devais courir dans de si mauvaises conditions. Certains de mes coéquipiers m'ont dit que c'était l'une des ascensions les plus difficiles de leur carrière. Je suis content de la façon dont j'ai traversé cette dure journée. C'est un bon résultat."

A cinq kilomètres de l'arrivée, Evenepoel a attaqué. Seuls trois coureurs ont rattrapé le néo-pro. "L'équipe était super. Ils ont pris soin de moi toute la journée et m'ont évité des ennuis. C'est un gros avantage d'avoir une équipe aussi forte autour de vous. Mes coéquipiers ont fait en sorte que j'ai commencé la montée finale dans une bonne position. Alors c'était à moi de le prouver. J'ai fait de mon mieux. Les deux premiers kilomètres n'ont pas été trop mauvais. Je me suis placé parmi les dix premiers et j'ai immédiatement trouvé mon rythme. A cinq kilomètres, j'ai répondu à une accélération de Conti. Soudain, je me suis retrouvé seul. J'ai décidé de rouler à mon propre rythme. Quand j'ai vu que les autres revenaient, je les ai attendus. J'avais donc de l'énergie dans les jambes et je pouvais réagir à nouveau à une attaque. J'avais espéré rouler à quatre jusqu'à la ligne d'arrivée. Une deuxième attaque, cependant, était trop puissante pour moi alors que c'était très raide, jusqu'à 15 pour cent. Plus on se rapprochait de l'arrivée, plus il faisait froid. On devait être près du gel."

Facebook

Twitter

Ne manquez pas

Plus