Sport.be

Autres

La palme pour les Canards face aux Dragons

20.04.2019 | Patrice Capelle

Belga

Dans un quart de finale entièrement belge, les Canards du Waterloo Ducks ont battu 3-2 aux shoot-outs le Dragons (1-1 au terme du temps réglementaire) pour se hisser dans son premier Final Four de l'Euro Hockey League messieurs (EHL), samedi à Eindhoven.

Suivant le schéma initial de l'EHL, les Brabançons seront opposés dimanche en demi-finales aux Allemands du Mannheimer HC, vainqueur également aux shoot-outs 4-2 dans le premier quart face à leurs compatriotes de Mülheim (4-4 à la fin du match).

Il n'y a pas eu de période d'observation entre les deux principaux ténors - avec le Racing - du championnat belge de la dernière décennie. Le premier quart-temps fut très rythmé avec des attaques incessantes de part et d'autres, mais sans traduction au marquoir. Un centre anversois à la dernière seconde de jeu fut malencontreusement déviée par John-John Dohmen dans son but, mais entre-temps la sonnerie de fin de période avait retentie, annulant l'ouverture du score.

Une ouverture que Felix Denayer eut au bout de son stick sur stroke, en milieu de deuxième quart, après qu'un sleep de Dominic Uher sur le 1er pc du Dragons ait été arrêté fautivement sur la ligne par Maxime Bertrand. Le stroke du capitaine anversois fut toutefois stoppé du pied par Vincent Vanasch. L'intensité de début de match disparut.

Quelques secondes après avoir été blessé sur sortie de pc, Simon Gougnard trouva les ressources pour déborder sur l'aile droite et forcer le 2e pc des Brabançons. Gauthier Boccard trouva l'ouverture dans le coin gauche du but défendu par l'international allemand Tobias Walter pour donner l'avance aux hommes de Xavier De Grève (1-0, 37e).

Les Canards dominèrent les dix premières minutes du dernier quart-temps, s'octroyant 4 pc entre les 46e et 53e minutes, mais les sleeps de Boccard trouvèrent à chaque fois Walter sur leur trajectoire.

A quatre minutes du terme, l'arbitre vidéo accorda étonnamment un 5e pc aux Anversois, que Uher expédia dans le fond du but de Vanasch (56e), laissant la décision se jouer aux shoot-outs.

Spécialiste de l'exercice, le gardien des Red Lions Vincent Vanasch arrêta les tentatives de Shane O'Donoghue et Henri Raes pour mener les siens vers un succès 3-2. Si le Watducks rejoint les demi-finales de l'EHL pour la première fois de son histoire, le Dragons a ainsi laissé échapper une cinquième participation au Final Four de la plus haute compétition continentale des clubs de hockey.

Une belle revanche aussi pour le club du président Géry Dohmen, vaincu 4-1 par le même Dragons dimanche dernier dans le quart de finale aller de l'Audi Hockey League à Brasschaat, avant de recevoir les Dragons dimanche prochain pour le match retour.

Dans les deux quarts de finale EHL à suivre, Les Espagnols d'Egara et du Polo de Barcelone, d'un côté, ainsi que les Néerlandais d'Amsterdam et les Allemands du Rot-Weiss Cologne, de l'autre, tenteront de décrocher les deux derniers tickets de semi-finalistes. Les finales pour l'or (15h15) et le bronze (13h00) sont programmées lundi.

BOCCARD: 'VANASH N'A JAMAIS PERDU UNE SEANCE DE SHOOT-OUTS DE SA VIE'

"Ce fut une rencontre difficile. Nous avons eu le match en mains mais on se fait rejoindre en fin de partie sur pc. Quand les shoot-outs arrivent, nous savons que nous possédons un avantage avec Vincent Vanasch, qui je crois n'a jamais perdu une séance de sa vie", a plaisanté Gauthier Boccard, élu homme du match et auteur de l'unique but des Brabançons.

Le défenseur central des Canards, propulsé sleeper attitré sur penalty corner suite à l'absence sur blessure de leur spécialiste Victor Charlet, regrettait son faible pourcentage (1 sur 7) sur cette phase importante en vue des demi-finales. "C'est vrai que notre ratio sur pc n'a pas été bon, mais leur gardien a fait quelques bons arrêts" a-t-il tempéré. Des arrêts que Vincent Vanasch, finalement peu sollicité durant le temps réglementaire hormis son arrêt sur le stroke de Denayer, a sorti aux meilleurs moments des shoot-outs.

"Je sais que je dois en sortir deux, voire trois, pour enlever de la pression à nos tireurs", explique le meilleur gardien du monde. "En face il y avait pas mal de gars que je côtoie en équipe nationale. On se connaît bien. Quand je vois la double feinte de Florent (Van Aubel), qui me met dans le vent, je comprends mieux comment on a gagné le Coupe du monde", a notamment apprécié Vanasch.

Surnommé le "Magicien" en raison de ses prouesses techniques, Van Aubel restait lui sur une bonne impression malgré la défaite aux shoot-outs. "J'aurais signé des deux mains si on m'avait dit en début de saison qu'avec notre groupe on allait être aussi proche des demi-finales du championnat de Belgique ainsi qu'en EHL. Ce duel fut vraiment typique de ce qui peut se passer en EHL. Alors qu'il ne reste que quelques minutes à jouer, la tendance s'est inversée et nous sommes parvenus à égaliser. C'est dommage de perdre aux shoot-outs, mais nous avons eu trop de déchets techniques durant la rencontre en elle-même", a conclu l'attaquant des champions de Belgique en titre.

Facebook

Twitter

Ne manquez pas

Plus