Sport.be

Autres

Ca se précise pour Golden State

07.06.2018 | Patrice Capelle

Belga

Golden State a fait un grand pas vers un troisième titre de champion NBA en quatre ans en s'imposant sur le parquet de Cleveland mercredi 102-110.

Les Warriors, sacrés en 2015 et 2017, mènent en effet trois victoires à zéro et peuvent remporter le titre dès vendredi s'ils s'imposent dans le match N.4, toujours à Cleveland.

Après une entrée en matière délicate, Golden State a renversé Cleveland grâce à Kevin Durant pour s'imposer 102-110 (mi-temps: 58-52) mercredi devant 20.562 spectateurs à la Quicken Loans Arena.

Quand Stephen Curry et Klay Thompson sont dans un mauvais jour, Steve Kerr, l'entraîneur des Warriors, peut compter sur Durant. Relativement discret depuis le coup d'envoi de la finale 2018, Durant a fait la différence pratiquement à lui seul dans un match N.3 très intense.

Le longiligne ailier, élu meilleur joueur de la finale 2017, a écoeuré les Cavaliers avec ses 43 points, nouveau record personnel en play-offs, et a fait oublier les prestations décevantes de Curry (11 pts, 3 sur 16 au tir) et Thompson (10 pts, 4 sur 10 au tir).

"Il a été exceptionnel ce (mercredi) soir, il a réussi des shoots qu'il est à mon avis le seul au monde à pouvoir marquer", a souligné Kerr. C'est notamment son improbable tir primé bien avant la ligne des trois points, à plus de 10 m du panier, qui a définitivement assommé les Cavaliers à 49,8 secondes de la fin du temps réglementaire (100-106).

"Il nous avait fait le même coup l'an dernier, déjà dans le match N.3", a rappelé Tyronn Lue, l'entraîneur de Cleveland visiblement touché au moral. Car cette finale 2018 a un air de déjà-vu: pour la deuxième année consécutive -une première dans l'histoire de la NBA-, Cleveland est mené 3 à 0 et n'a plus le droit à l'erreur.

Une défaite vendredi à domicile et les Cavaliers connaîtront l'humiliation d'être "balayés" 4 à 0, comme en 2007 face aux San Antonio Spurs.

Facebook

Twitter

Ne manquez pas

Plus