Sport.be

Autres

Visé à l'heure anglaise

22.05.2014 | Bruno Verscheure

Belga

Le CS Visé change de propriétaire. Après l'ère indonésienne du groupe Bakrie qui s'est terminée par une déconfiture générale, voici que des investisseurs londoniens débarquent dans la Cité de l'Oie.

C'est l'administrateur provisoire (le président ne sera désigné que dans quelques semaines) Michael Scanlan, un avocat d'affaires à Londres typiquement british qui a exposé le projet anglais ce jeudi à Visé. "J'ai été contacté par des investisseurs anglais souhaitant reprendre des clubs de football étrangers en difficultés financières mais qui ont tout pour réussir. Leurs infrastructures, leur école des jeunes et leurs installations. Parmi plusieurs pistes, c'est celle de Visé que nous avons retenue. L'objectif est de remonter cette saison en D2 et d'intégrer le projet de l'Union belge de football qui veut rapidement constituer une deuxième division avec des clubs pros ou semi-pros disposant des garanties financières pour tenir leur place. C'est notre cas".

Pour entraîner ce Visé new look, le choix des Londoniens s'est porté sur Terry Fenwick (54 ans) en personne. Ex-joueur de Tottenham, Queen's Park Rangers et de Crystal palace, il a été vingt fois international anglais et a disputé la Coupe du Monde 1986. En tant qu'entraîneur, il a entamé sa carrière à Portsmouth puis Northampton avant de mettre le cap sur .. Trinité et Tobago où il mené le club de San Juan Jabluteh au titre de champion à quatre reprises et a enlevé cette saison la Coupe nationale avec le Central FC.

"Il n'y aura pas de révolution", prévient-il. "Le club a de très bons jeunes mais manque de planches. C'est pourquoi je vais attirer deux ou trois joueurs anglais et de Trinité Tobago. Mon but est d'insuffler le goût de la victoire à cette équipe. Dans le style typiquement anglais...". Cela dit, les nouveaux patrons du club refusent de révéler le montant du budget annuel et restent mystérieux quant au choix du staff. Des sujets qui inquiètent un peu les autorités communales échaudées par le précédent indonésien. 

Le bourgmestre Marcel Neven prévient d'ailleurs. "J'ai fait inclure dans la convention qu'en aucun cas Visé ne servira d'appât pour attirer un club plus huppé mais en difficulté sportive. Les exemples de Bleid devenu le BX Brussels ou plus récemment celui de Boussu Dour qui a cédé son matricule pour permettre à Seraing de monter de provinciale en D2 ne correspondent pas à l'image que je me fais du sport et du football en particulier. Bien au contraire..."

Facebook

Twitter

Ne manquez pas

Plus