Rob Discart était un organisateur heureux au moment de tirer le bilan de l'Eneco Tour, à Grammont. "Nous avons vécu une très belles semaine sportive sur un très beau parcours", dit-il.

"Le parcours a joué son rôle", dit Discart. "Les trois premières étapes étaient consacrées au sprinter et ont été remportées par des champions: Viviani, Boonen et Greipel.  Après le contre-la-montre, on a vu les candidats à la victoire finale pointer le bout du nez. Eux non plus n'ont pas déçu, que ce soit contre-le-chrono ou en côte."

UN SCÉNARIO FANTASTIQUE


Et ces étapes ont donné lieu à du spectacle: "Les coureurs qui avaient déclaré leur ambition se sont donnés à fond. La course explosait chaque fois à 50 ou 60 km de l'arrivée. La pluie a bien entendu joué un rôle et encore rendu les circonstances plus difficiles. Mais on a assisté à une vraie course. Nous sommes aussi heureux d'avoir eu du bon temps au cours des quatre premiers jours. Ce fut une belle semaine de sport sur un très beau parcours. On ne pouvait pas rêver meilleur scénario."

LE KILOMÈTRE EN OR


Discart se dit également satisfait du Kilomètre en Or. "Il a joué son rôle et aidé à déterminer les leaders. Sur le plan de l'organisation, ça s'est très bien passé aussi. Tout le monde était à sa place. Ce concept a rendu la course plus attractive. On verra en interne si on réédite l'expérience ou pas."

NOUVELLE DATE

Rendez-vous est pris pour l'année prochaine, du 19 au 25 septembre. Un petit changement au calendrier en raison des Jeux Olympiques et du championnat du monde au Qatar, qui aura lieu en octobre. La douzième édition aura-t-elle lieu sur le même parcours? "Pas nécessairement. Nous serons la seule course entre la Vuelta et le championnat du monde et nous devrons en tenir compte. Là aussi, nous prendrons une décision après concertation", dit Discart.