Fabian Cancellara a fait le déplacement en personne à Gand afin de nous convaincre du bien fondé de la Suisse comme paradis du cyclisme, vantant la qualité des routes et des panaromas à couper le souffle dans les cols alpins. 'Ride the Alps', événements cyclistes interdits à la circulation automobile dans les cols alpins, n'était que l'une des différentes attractions.

Fabian Cancellara a débuté la présentation du paradis cycliste suisse par l'histoire de sa vie après la course. "Je suis toujours mes anciens collègues qui suent sur leur machine et parfois jettent l'éponge en regardant la course à la télé. A plus forte raison cette année, c'est agréable de regarder, car il y a de nombreux prétendants, y compris Belges. Si nécessaire, je suis la course sur mon téléphone, surtout des courses comme l'E3 Harelbeke, le Ronde et Roubaix. C'est normal, car vous partagez tout de même de belles journées et des émotions, mais je ne regrette rien. J'ai clôturé ma carrière en beauté à Rio."

"Niki Terpstra était pour moi au-dessus du lot dans les courses flamandes. Surtout de la manière dont il l'a emporté. Son équipe aussi était impressionnante - ils ont même remporté la Flèche Wallonne et Liège. Les Belges ont eu des occasions, mais ils n'ont pu conclure. Je me suis souvent retrouvé dans cette situation avec trois ou quatre Belges près de l'arrivée et je l'emportait quand même. Est-ce qu'ils se marquent, de sorte que c'est souvent un coureur étranger qui l'emporte? Evidemment, il faut un peu de chance pour être au bon endroit."

PRENDRE LE TEMPS DE PRATIQUER LE VELO

"Actuellement je dois surtout trouver du temps pour pouvoir pratiquer le vélo. J'ai monté une entreprise, nous sommes actuellement trois personnes. Nous avons songé à Chasing Cancellara parce que de nombreuses demandes émanent de partout, mais je ne voulais plus me déplacer partout, j'ai connu ça pendant les courses. Les gens souhaitaient autre chose qu'un simple granfondo. J'ai lancé ces événements parce que les participants m'ont mis au défi. Un cycliste dispose de nombreuses opportunités de se développer en dehors du sport de compétition. Je vis désormais une vie normale et je dois vraiment dégager du temps dans mon agenda pour pratiquer du sport. Vous devez vraiment fixer ces moments, mais le plus important est de disposer de la motivation pour poursuivre. C'est pourquoi je me donne à fond pour les événements Chasing Cancellara et au triathlon. Souvent les gens s'ennuient à la maison, alors je dis: promenez-vous au moins. Bouger trois fois par semaine apporte déjà un grand changement. Si je pratique une heure, une heure trente de vélo, je me sens tout de suite mieux. Je suis passionné par le cyclisme. A Bern, où je vis, j'ai de nombreuses possibiltés: je peux pratiquer l'escalade, rouler sur du plat, même sur des pavés, mais j'ai tendance à les éviter, j'en ai assez avalé."

"La liberté que procure la pratique du vélo est précisément ce dont j'ai besoin. Ce samedi, j'ai roulé ma 'distance record de l'année': 90 km en près de trois heures à la Mer de Thün. J'ai roulé, j'ai profité du paysage et pris des photos comme si je m'y rendais pour la première fois, alors que je connais cet endroit comme ma poche. Vous êtes comme un enfant qui reçoit un cadeau: vous n'êtes jamais lassé. En tant que coureur, vous ne profitez pas de vos sorties, mais j'en profite beaucoup plus maintenant."

PROFITER DES COLS SUISSES SANS TRAFIC AUTOMOBILE

"Fonder une entreprise était un saut dans le vide, mais j'ai encore de nombreuses et belles idées que nous tentons de concrétiser. L'une d'entre elles est la collaboration avec la Suisse et Ride the Alps, non seulement pour montrer à quel point c'est un beau pays, mais également à quel point c'est agréable d'y rouler à vélo. C'est désormais une réalité au travers de ces différents événements sur des routes entièrement coupées à la circulation automobile, comme Chasing Cancellara à Andermatt avec le Oberallpas (24 juin - 32 km) et à Villars-sur-Ollon (1 juillet - 89,6 km), qui font tous deux partie de Ride the Alps. Ce dernier est le plus difficile en raison de la présence de trois cols, Col des Mosses, Col du Pillon et Col de la Croix, mais cela demeure un événement qui ouvre des portes et reste accessible à tous. Les gens peuvent me battre et ils recevront même un diplôme. Je veux offrir une véritable expérience à chacun différente de ce qui existe. Vous disposez d'une région magnifique et de l'émotion que procure le vélo. Je suis présent de la première à la dernière minute. Vous avez un défi à relever, mais cela reste accessible à chacun, car les routes demeurent interdites à la circulation du premier au dernier participant. Une cinquantaine de motards sont chargés de veiller au bon soin de chacun, et bien sûr vous recevez les extras, comme une médaille, pasta party, goodie bag..."

Yves Luetolf (à droite sur la photo), directeur du Tourisme Suisse, est tout aussi enthousiaste quant aux possibilités de vivre plusieurs journées dédiés au vélo sans la moindre circulation sous le vocable Ride the Alps: "Le job du Tourisme Suisse n'est pas seulement de délivrer des messages à caractère marketing, mais également de développer des produits. Nous avons de beaux cols, mais ils sont encore trop méconnus et nous souhaitons les ouvrir aux cyclistes. C'est un marché sain et en expansion que nous accueillons volontiers."

Fabian Cancellara ajoute: "Les cols en France sont évidemment mieux connus en raison du Tour et du Giro, mais les routes sont simplement plus agréables et plus lisses en Suisse. Mon col favori est le Tremola (l'alternative au Gotthard, ndlr.) avec ses belles épingles. Je suis fier d'être Suisse et je profite de la qualité de la vie. Lorsque j'étais encore en compétition, j'en profitais lorsque j'étais à la maison. La Suisse a tant de routes différentes. Les photos que vous voyez sont réelles. C'est vraiment magnifique. La beauté que montre la Suisse avec un tel projet offre un énorme potentiel."

DIVERSITE DE PAYSAGES ET DELICATESSE  

Luetolf loue en outre les spécificités des différentes régions: "Vous avez le Vaud, la Suisse italienne, la partie germanophone, ... Et ça se retrouve en gastronomie: cela va de la raclette dans le Valais au risotto dans le Tessin, à un plat riche de charcuterie." Ca donne tout de suite faim d'évoquer des vacances cyclistes en Suisse...