Outre un parcours surprenant et varié, le Brussels Universities Cyclocross offre un autre centre d'intérêt: pour la première fois depuis près de deux ans, Lars Boom retrouvera les labourés, dimanche. "J'espère ne pas me faire doubler par Mathieu", sourit le Hollandais.

Lars Boom n'a plus fréquenté les labourés depuis le championnat du monde à Bieles (Luxembourg), le 29 janvier 2017. Cet hiver, le démon a repris le champion du monde 2008. L'union entre les équipes Roompot et Charles a facilité son retour au cyclo-cross.

Le Brussels Universities Cyclocross est la première des trois épreuves auxquelles Boom prendra part cet hiver. "Après près de deux ans, je suis un peu tendu mais je me réjouis de reprendre", dit-il. "Je suis en bonne condition. Ce sera difficile mais ça ne doit pas être un calvaire non lus. Au cours des dernières semaines, je me suis entraîné au moins une fois par semaine sur un vélo de cyclo-cross. Le reste du temps, je l'ai passé sur la route."

Il y a dix ans, Boom était une star du cyclo-cross. Aujourd'hui, son compatriote Mathieu Van der Poel a repris le flambeau. "Je le suis et j'ai beaucoup d'admiration pour lui. C'est chouette de voir à quel point il est devenu fort. Sur le plan technique, il est très beau à voir. Ce sera difficile de le suivre. J'espère ne pas me faire doubler."

"D'autant que je vais devoir partir de l'arrière... Remonter ne sera pas facile. Dans les premiers tours, tout le monde roule à fond. Après, il sera possible de reprendre du temps. Bon, de toute façon, je n'ai pas beaucoup d'ambition, je veux juste me faire plaisir. Cette année, je ne prendrai part qu'à trois épreuves mais l'an prochain, j'aimerais en faire un peu plus."

Comme pour ses collègues, le Brussels Universities Cyclocross constitue un saut dans l'inconnu. "J'espère que le parcours me conviendra tout de même un peu et me permettra d'exploiter mes qualités, ça rendra la course plus agréable. Sur ce plan, le cyclo-cross a quand même pas mal changé. Avant, on nous envoyait dans une prairie et nous devions nous débrouiller pour nous en sortir. Maintenant, il y a beaucoup de virages. C'est plus attractif pour le public mais c'est un peu dommage pour les coureurs. Je préfère les circuits qui me permettent d'exploiter ma puissance."

MATHIEU SE DÉTACHERA-T-IL?

Mathieu van der Poel prendra le départ avec onze secondes d'avance sur Toon Aerts. Le champion d'Europe qui, au Cross du Koppenberg, comptait encore plus de quatre minutes de retour sur Aerts, se détachera-t-il ou Aerts préservera-t-il le suspense au Trophée Assurances des AP? "Rien n'est joue", dit le leader des Telenet Fidea Lions. Van der Poel, vainqueur à Baal, reste prudent. "Ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Il y aura du suspense jusqu'à la dernière manche."

Après le Brussels Universities Cyclocross, il restera une course au programme: le Krawatencross à Lille, le samedi 9 février.