Suite à l'indignation relayée dans les médias sociaux concernant le prize money lors du Belfius Brussels Marathon, l'organisation souhaite clarifier la situation.

Il y avait indubitablement une différence notable de prize money entre les femmes et les hommes lors du marathon, pour la simple raison que des athlètes masculins du gratin international ont été attirés afin de lutter pour une place sur le podium. Toutefois, nous comprenons cette indignation. Après consultation avec notre titlepartner Belfius, le prize money sera dès lors ramené à un niveau équivalent pour les deux catégories.

Afin de faire de l'unique marathon dans notre capitale un grand rendez-vous sportif, plusieurs ténors internationaux ont été attirés depuis quelques années chez les messieurs. Ceci ne peut se réaliser qu'en proposant un prize money plus intéressant que lors d'une épreuve amateur. Cela nous a valu cette année la présence de trois athlètes kényans, qui ont par ailleurs trusté le podium. Le vainqueur, Stephen Kiplagat, a du reste signé un solide chrono, à savoir le second temps jamais réalisé lors du marathon de Bruxelles (2.11.43).

Chez les femmes, la présence d'athlètes de référence au niveau international n'était pas représentée, ce qui explique que le prize money se situait au niveau d'autres épreuves où participent les (meilleurs) amateurs. C'est en effet comparable à d'autres événements qui ont lieu en Belgique (Brussels Ekiden, Antwerp 10 Miles, Dwars door Brugge,...) où le prize money pour les hommes et les femmes (toujours amateurs) est par ailleurs comparable.

Pour l'organisation et le titlepartner Belfius, l'égalité entre homme et femme est un sujet trop important pour laisser place au moindre malentendu. Le prize money pour les hommes et les femmes a dès lors été ramené à un niveau équivalent, avec effet immédiat, comprenez lors de cette édition. Le podium féminin complet de ce dimanche percevra donc très prochainement le complément de son prize money.