Le BinckBank Tour s'achève ce dimanche avec la dernière étape au programme. Avant d'assister au dénouement dans le Mur de Grammont, revenos encore sur les enseignements de la sixième étape.

LA PLUIE MOTIVE TIM WELLENS

C'est un véritable fil rouge dans la carrière de Tim Wellens: lorsqu'il fait mauvais, le leader de la formation Lotto-Soudal se sent bien. Très bien. Il y a deux ans, la sixième étape menant à Houffalize avait pris l'eau et hier, rebelote, avec une journée entière sous la pluie. Et à chaque fois, Tim Wellens a émergé. Malheureusement pour le Belge: aucune pluie n'est annoncée dimanche à Grammont... 

CREVAISON FATALE A SAGAN

Pour la troisième journée d'affilée, un gâteau était prêt pour fêter la centième victoire de Peter Sagan. En vain. Le Slovaque est apparu très costaud dans la finale, si pas le plus costaud, répondant  notamment facilement à l'attaque de Tim Wellens. Mais une crevaison aura eu raison des ambitions du champion du monde. Sagan a encore tenté de revenir mais ayant perdu trop de temps, il a vu s'envoler la victoire d'étape. Et probablement aussi la victoire finale.

DUMOULIN ET WELLENS DANS UN MOUCHOIR

Quatre secondes. C'est l'écart qui sépare Tom Dumoulin et Tim Wellens au classement général avant la dernière étape. Ce n'est pas beaucoup mais Wellens estime qu'il sera difficile de combler ce retard dimanche. "Le Kilomètre en Or ? Je ne pourrai pas y lâcher Tom et dans le meilleur des cas je compterais encore une seconde de retard". A moins que Lotto-Soudal n'opte pour une autre stratégie...